MCA Finance - Société de gestion indépendante

Reprise économique chinoise et cours du pétrole un couple encourageant…

Catégorie : Flash, Informations
  • Reprise économique chinoise, signe d’une reprise solide ?

Plusieurs indicateurs majeurs pointent vers une accélération du rythme économique du pays au Soleil-levant. En effet, le volume de marchandises échangées a augmenté. Il en est de même pour la demande d’acier, ou encore la consommation & la production d’électricité (+3,01% de croissance mensuelle pour celle-ci). De même égard, on retrouve fin avril le taux d’exploitation moyen des entreprises industrielles au-dessus de la taille désignée en Chine. Il atteint 99,1%, pour un taux de réintégration du personnel à 95,1%.

Selon des statistiques officielles publiées vendredi, la production industrielle en Chine a connu un rebond en avril : +3,9%. A la vue des prévisions de Bloomberg qui ne grimpaient qu’à +1,5%, le gain est bien meilleur que prévu.

Puisque production et demande reprennent tous deux vie, les prédictions pour une amélioration plus globale des données macroéconomiques semblent limpides selon certains analystes. Le magazine américain Foreign Policy évoque justement les performances de cette reprise comme encourageantes. Production rimant souvent avec pétrole, les effets se sont rapidement repentis sur le cours de l’or noir, qui sortait de semaines au plus bas.

 

  • Retour du baril américain au-dessus des 30$

A ce propos, on notait ce lundi 18 mai que le baril WTI franchissait enfin la barre des 30$. C’est la première fois qu’un tel événement se produit depuis le 17 mars dernier. Cela lui permet de réduire son écart avec le pétrole européen (WTI à +5,15%, 31,04$ ; Brent à +3,88, 33,76$ / baril).

Le pétrole profite d’une troisième semaine de hausse, plus raisonnable en Europe que pour le baril brut américain. La semaine passée, le Brent prenait 5% quand le WTI rattrapait son retard en décollant de 19%.

Bien entendu, ces chiffres sont à nuancer. Le Brent n’a connu « seulement » qu’une chute temporaire sous 20$ le baril (contre 60$ environ en janvier). Prix largement supérieur au périgée du baril américain. Effectivement, le WTI se relève de la plus terrible chute en séance jamais enregistrée par Bloomberg. Il est descendu temporairement jusqu’à un prix négatif (-37,63$ l’unité en clôture du 20 avril). Étaient notamment en cause l’effondrement de la demande, des problèmes quant au stockage. On peut également citer l’embrasement des prix de location des navires : se grossissant de 30 000 $/jour à plus de 150 000.

L’OPEP estimait mercredi dernier que le rééquilibrage du marché pétrolier allait s’accélérer durant les prochains trimestres. Quant à l’Agence Internationale de l’Énergie, elle s’est logiquement montrée moins pessimiste que le mois passé dans ses prévisions quant à la baisse de la demande de pétrole pour l’année en cours. Les estimations s’élèvent désormais à -8,6 millions de barils / jour selon son rapport mensuel sur le pétrole, et non -9,3 millions comme l’institution le prévoyait en avril.

Par ailleurs, la quantité de brut américain a très étonnamment diminué de 745 000 barils la semaine dernière (portant le total à 531,5 millions). Pourtant, les analystes prévoyaient une hausse de plus de 4 millions d’unités en moyenne.

adipiscing ultricies Praesent elit. venenatis, id, dictum porta. at tempus dapibus leo.