MCA Finance - Société de gestion indépendante

L’AMF présente son bilan de cette période auprès de la Commission des finances de l’Assemblée Nationale

Catégorie : À la Une, Informations

Discours – Audition de Robert Ophèle, président de l’AMF, par la Commission des finances de l’Assemblée Nationale sur le Rapport annuel de l’AMF 2019, du 14 mai 2020

 

En anticipation d’une crise économique, les marchés financiers ont vivement réagi à la crise sanitaire. L’Autorité des Marchés Financiers a posé la main sur ceux-ci en prenant d’importantes décisions et en tentant de fluidifier la communication entre les acteurs.

La valorisation des actifs a baissé comme rarement – voire jamais – auparavant (-36% sur le CAC 40 entre le 19 février et 19 mars).  Les mécanismes de sécurité dits « coupe-circuits » (arrêt des négociations de quelques minutes dès lors qu’une variation importante d’un cours est constatée) ont bien fonctionné. Ces mécanismes ont pour objectif majeur de calmer un potentiel emballement des acteurs et favoriser des transactions plus mesurées, plus réfléchies. Ainsi, Euronext a connu plus de 3000 déclenchements du dispositif le 16 mars dernier. L’AMF a également mis en avant le fait que les marchés soient restés ouverts durant cette période assurant ainsi la liquidité et la fixation de prix à des actifs qui pouvaient ainsi être traités à tout moment.

La gestion d’actif n’a pas enregistré de rachats significatifs durant cette période, à l’exception des fonds monétaires (13,5% des encours, environ 50 Mlds d’euros). Les raisons sont conjoncturelles (ces retraits étaient dus « en plus de ceux de fin de trimestre de la part des institutionnels pour remplir leurs engagements », à des entreprises « qui ont dû réaménager leur trésorerie en cette période de sous activité ou qui ont pu leur préférer les dépôts bancaires »).

Les ventes à découvert ont été interdites par l’autorité publique jusqu’au 18 mai. Ces ventes font régulièrement l’objet de débats entre ceux qui considèrent que les vendeurs à découvert apportent de la liquidité aux marchés et ceux qui estiment qu’ils fragilisent le cours des actions (notamment dans des périodes de crise). Les teneurs de marchés (market maker) ont été exemptés pour leur permettre de continuer à exercer leur activité.

L’AMF a également souhaité accompagner les émetteurs en les encourageant à communiquer sur leur situation financière et sur l’impact du virus planétaire à leur égard. De plus, l’institution a conseillé les émetteurs sur l’organisation et la tenue des assemblées générales, en soutenant au mieux les actionnaires et leur faculté à exprimer leur vote.

Enfin, l’AMF évoque la protection des épargnants. Elle indique les avoir alertés pour éviter les offres frauduleuses qui pouvaient s’avérer – trop – alléchantes à la vue de la diminution parfois frappante de la valeur des épargnes et continue d’alimenter les listes noires (options binaires, crypto actifs, biens divers, forex) consultables sur son site internet.

L’Autorité met surtout en lumière l’arrivée de nouveaux épargnants sur les marchés financiers (+150 000 nouveaux clients en 6 semaines). Plus d’un particulier investissant pendant la crise sur quatre était un nouvel investisseur (26,3%). Elle espère voir ce regain d’attractivité se confirmer dans les mois futurs, toujours dans la perspective de favoriser les produits financiers socialement responsables (ISR).

Vous pourrez retrouver le détail de cette intervention sur le site internet de l’Autorité des Marchés Financiers.

 

risus adipiscing libero. Curabitur mattis leo libero amet, elementum ante. Aliquam