MCA Finance - Société de gestion indépendante

Quel potentiel de valorisation des marchés reste t’il?

Catégorie : À la Une, Informations

Suite à la récente accélération à la hausse des marchés, le Price-to-Earning (PE)  à 12 mois du CAC 40 s’est établi à 16.1x contre une moyenne à 14,7x sur la période 2013-2019. Cette forte revalorisation des marchés  réussite de la diminution progressive des risques politiques, géopolitiques et macro-économiques.

La Volonté d’obtenir un accord

Rappelons que, en août 2019, 90% des économistes américains pensaient qu’un accord commercial entre la Chine et les Etats Unis d’Amérique n’interviendrait pas  d’ici la fin de l’année 2019. Aujourd’hui, l’avancée des négociations et la signature prochaine de la Phase 1 d’un accord  montrent que le risque d’une guerre commerciale profonde s’écarte de plus en plus.

En outre, l’attitude de Donald Trump laisse transparaître un attachement fort à l’évolution des marchés financiers et à la qualité de la macro-économie. Par exemple, la semaine dernière, deux faits ont marqué cet attachement : tout d’abord, le report de la réflexion sur les droits de douane imposés à l’automobile européenne, puis son tweet du vendredi 15 novembre : « Stock Market up big. New and Historic Record. Job, jobs, jobs ! ».

Cette situation a surpris beaucoup d’économistes car initialement la guerre commerciale a été initiée par Donald Trump pour résoudre deux problèmes majeurs : le déficit commercial des Etats Unis d’Amérique vis-à-vis de la Chine et la protection de la propriété intellectuelle américaine. En effet, les autorités chinoises imposent des transferts technologiques à toutes les sociétés qui s’implantent sur le marché chinois. Or, tandis que le premier problème semble en partie résolu – la Chine va augmenter ses importations des Etats Unis d’Amérique – le deuxième n’a pas même été évoqué lors des négociations.

Les économistes se demandent donc comment un accord peut être trouvé alors que la moitié du différend n’a pas été abordé dans les discussions. Ainsi, le Président américain semble davantage animé par la volonté d’obtenir un accord, et par son impact positif sur les marchés, que par la qualité de l’accord négocié.

Deux leviers de performance

Quel potentiel de revalorisation reste-il si la prime de risque macro-économique est désormais quasi nulle ?

Le rerating des indices a été le principal moteur de performance des marchés actions depuis le début de l’année. Compte tenu de la valorisation du CAC 40, le potentiel semble être limité.

Ainsi, le premier levier de performance peut être une hausse des estimations du Bénéfice par action (BPA) par les analystes, qui ferait mécaniquement baisser le PE à 12 mois du CAC 40. Le deuxième tient davantage au stock picking : les valeurs croissances et défensives ont nettement surperformé les valeurs cycliques etvalues sur 1 an glissant en dépit de belles publications par ces dernières. Les secteurs concernés sont les majors pétrolières, les groupes pharmaceutiques, les bancaires et assurances …

Mayeul JOUPPE

in dolor libero eget dictum Sed felis id pulvinar ut