MCA Finance - Société de gestion indépendante

Reprise économique chinoise et cours du pétrole un couple encourageant…

Catégories : Flash, Informations
  • Reprise économique chinoise, signe d’une reprise solide ?

Plusieurs indicateurs majeurs pointent vers une accélération du rythme économique du pays au Soleil-levant. En effet, le volume de marchandises échangées a augmenté. Il en est de même pour la demande d’acier, ou encore la consommation & la production d’électricité (+3,01% de croissance mensuelle pour celle-ci). De même égard, on retrouve fin avril le taux d’exploitation moyen des entreprises industrielles au-dessus de la taille désignée en Chine. Il atteint 99,1%, pour un taux de réintégration du personnel à 95,1%.

Selon des statistiques officielles publiées vendredi, la production industrielle en Chine a connu un rebond en avril : +3,9%. A la vue des prévisions de Bloomberg qui ne grimpaient qu’à +1,5%, le gain est bien meilleur que prévu.

Puisque production et demande reprennent tous deux vie, les prédictions pour une amélioration plus globale des données macroéconomiques semblent limpides selon certains analystes. Le magazine américain Foreign Policy évoque justement les performances de cette reprise comme encourageantes. Production rimant souvent avec pétrole, les effets se sont rapidement repentis sur le cours de l’or noir, qui sortait de semaines au plus bas.

 

  • Retour du baril américain au-dessus des 30$

A ce propos, on notait ce lundi 18 mai que le baril WTI franchissait enfin la barre des 30$. C’est la première fois qu’un tel événement se produit depuis le 17 mars dernier. Cela lui permet de réduire son écart avec le pétrole européen (WTI à +5,15%, 31,04$ ; Brent à +3,88, 33,76$ / baril).

Le pétrole profite d’une troisième semaine de hausse, plus raisonnable en Europe que pour le baril brut américain. La semaine passée, le Brent prenait 5% quand le WTI rattrapait son retard en décollant de 19%.

Bien entendu, ces chiffres sont à nuancer. Le Brent n’a connu « seulement » qu’une chute temporaire sous 20$ le baril (contre 60$ environ en janvier). Prix largement supérieur au périgée du baril américain. Effectivement, le WTI se relève de la plus terrible chute en séance jamais enregistrée par Bloomberg. Il est descendu temporairement jusqu’à un prix négatif (-37,63$ l’unité en clôture du 20 avril). Étaient notamment en cause l’effondrement de la demande, des problèmes quant au stockage. On peut également citer l’embrasement des prix de location des navires : se grossissant de 30 000 $/jour à plus de 150 000.

L’OPEP estimait mercredi dernier que le rééquilibrage du marché pétrolier allait s’accélérer durant les prochains trimestres. Quant à l’Agence Internationale de l’Énergie, elle s’est logiquement montrée moins pessimiste que le mois passé dans ses prévisions quant à la baisse de la demande de pétrole pour l’année en cours. Les estimations s’élèvent désormais à -8,6 millions de barils / jour selon son rapport mensuel sur le pétrole, et non -9,3 millions comme l’institution le prévoyait en avril.

Par ailleurs, la quantité de brut américain a très étonnamment diminué de 745 000 barils la semaine dernière (portant le total à 531,5 millions). Pourtant, les analystes prévoyaient une hausse de plus de 4 millions d’unités en moyenne.

L’AMF présente son bilan de cette période auprès de la Commission des finances de l’Assemblée Nationale

Catégories : À la Une, Informations

Discours – Audition de Robert Ophèle, président de l’AMF, par la Commission des finances de l’Assemblée Nationale sur le Rapport annuel de l’AMF 2019, du 14 mai 2020

 

En anticipation d’une crise économique, les marchés financiers ont vivement réagi à la crise sanitaire. L’Autorité des Marchés Financiers a posé la main sur ceux-ci en prenant d’importantes décisions et en tentant de fluidifier la communication entre les acteurs.

La valorisation des actifs a baissé comme rarement – voire jamais – auparavant (-36% sur le CAC 40 entre le 19 février et 19 mars).  Les mécanismes de sécurité dits « coupe-circuits » (arrêt des négociations de quelques minutes dès lors qu’une variation importante d’un cours est constatée) ont bien fonctionné. Ces mécanismes ont pour objectif majeur de calmer un potentiel emballement des acteurs et favoriser des transactions plus mesurées, plus réfléchies. Ainsi, Euronext a connu plus de 3000 déclenchements du dispositif le 16 mars dernier. L’AMF a également mis en avant le fait que les marchés soient restés ouverts durant cette période assurant ainsi la liquidité et la fixation de prix à des actifs qui pouvaient ainsi être traités à tout moment.

La gestion d’actif n’a pas enregistré de rachats significatifs durant cette période, à l’exception des fonds monétaires (13,5% des encours, environ 50 Mlds d’euros). Les raisons sont conjoncturelles (ces retraits étaient dus « en plus de ceux de fin de trimestre de la part des institutionnels pour remplir leurs engagements », à des entreprises « qui ont dû réaménager leur trésorerie en cette période de sous activité ou qui ont pu leur préférer les dépôts bancaires »).

Les ventes à découvert ont été interdites par l’autorité publique jusqu’au 18 mai. Ces ventes font régulièrement l’objet de débats entre ceux qui considèrent que les vendeurs à découvert apportent de la liquidité aux marchés et ceux qui estiment qu’ils fragilisent le cours des actions (notamment dans des périodes de crise). Les teneurs de marchés (market maker) ont été exemptés pour leur permettre de continuer à exercer leur activité.

L’AMF a également souhaité accompagner les émetteurs en les encourageant à communiquer sur leur situation financière et sur l’impact du virus planétaire à leur égard. De plus, l’institution a conseillé les émetteurs sur l’organisation et la tenue des assemblées générales, en soutenant au mieux les actionnaires et leur faculté à exprimer leur vote.

Enfin, l’AMF évoque la protection des épargnants. Elle indique les avoir alertés pour éviter les offres frauduleuses qui pouvaient s’avérer – trop – alléchantes à la vue de la diminution parfois frappante de la valeur des épargnes et continue d’alimenter les listes noires (options binaires, crypto actifs, biens divers, forex) consultables sur son site internet.

L’Autorité met surtout en lumière l’arrivée de nouveaux épargnants sur les marchés financiers (+150 000 nouveaux clients en 6 semaines). Plus d’un particulier investissant pendant la crise sur quatre était un nouvel investisseur (26,3%). Elle espère voir ce regain d’attractivité se confirmer dans les mois futurs, toujours dans la perspective de favoriser les produits financiers socialement responsables (ISR).

Vous pourrez retrouver le détail de cette intervention sur le site internet de l’Autorité des Marchés Financiers.

 

L’Europe au chevet de l’Europe?

Catégories : Flash, Informations

Ce lundi 18 mai, Emmanuel Macron et Angela Merkel effectuaient publiquement un pas vers un fonds de relance de 500 milliards dans le prochain budget européen. Si rien n’est signé à ce jour, le projet de dette commune européenne viserait à permettre aux pays membres de l’Union d’emprunter pour pallier aux dépenses liées à la crise que nous traversons. C’est la première fois que les deux pays en vigueur se trouvent d’accord sur un tel projet répondant à la stratégie pouvant être développée par la BCE. La question avait pourtant déjà été posée le 25 mars, l’Allemagne opposait à l’époque son refus total.

Il s’agit d’une avance significative dans la construction européenne. Encore faut-il que tous les États membres de la zone euros valident la proposition, l’Autriche et les Pays bas par exemple prenant des distances sur cette position.

Cet accord est une réponse politique de madame Merkel  à l’arrêt de la Cour constitutionnelle allemande du 5 mai.  En effet, après l’arrêt, la chancelière allemande était passée à l’offensive. « Cela va nous inciter à faire davantage en matière de politique économique afin de faire progresser l’intégration de la zone euro ». Ce qu’elle a fait en se rapprochant de la position défendue par la France.

Effectivement, la Bundesverfassungsgericht[1] a rendu un arrêt le 5 mai dernier dans lequel elle critiquait les réponses apportées par la BCE à la crise. Elle aurait transgressé son mandat en s’autorisant à racheter massivement de la dette publique  directement, comme privée. Cette décision européenne a eu un impact négatif  immédiat sur les marchés financiers, créant le doute dans la capacité de l’Europe à pouvoir apporter des soutiens efficaces aux économies des Etats Européens.

[1] Cour constitutionnelle allemande

L’Autorité des Marchés Financiers met fin à l’interdiction des ventes à découvert

Catégories : Flash

L’Autorité des Marchés Financiers a annoncé ce lundi que les ventes à découvert seraient de nouveau autorisées dès ce mardi (19 mai). Ces « ventes à découvert » (terme pour prise ou accroissement de positions courtes nettes sur des actions) avaient été interdites sur 92 valeurs depuis le 17 mars dernier, puis prolongée jusqu’au 18 mai compris. « Depuis la mise en place de cette interdiction, le régulateur observe une normalisation progressive. Les marchés ont réduit une partie de leurs pertes et les volumes de transaction et la volatilité sont revenus à des niveaux certes élevés par rapport à mi-février, mais qui reflètent les incertitudes des intervenants dans le contexte actuel », écrit l’AMF dans son communiqué.

Changement de fréquence de calcul de la valeur liquidative du fonds MCA GLOBAL MARKETS

Catégories : Flash, Informations

MCA FINANCE a souhaité modifier la fréquence de calcul de la valeur liquidative et des souscriptions / rachats du fonds MCA GLOBAL MARKETS (ISIN FR0013106705) en date du lundi 23 mars 2020.

Cette fréquence qui était auparavant hebdomadaire devient, à partir de cette date, quotidienne.

Cette modification a pour objectif d’offrir une plus grande liquidité à nos porteurs en cohérence avec la stratégie du fonds et la liquidité des      sous-jacents détenus.

id, tempus commodo neque. dapibus lectus Lorem quis, adipiscing accumsan